PRIVATE EQUITY : Comment aider les entreprises françaises après la crise du Covid-19 ?


Le capital investissement permet d’apporter des financements aux entreprises non cotées sur les marchés boursiers. Ces apports en fonds propres des investisseurs induisent donc une prise de participation dans le capital des entreprises.


Outre l’aspect financier, les investisseurs assistent les entreprises dans leurs prises de décisions. Ils souhaitent apporter leurs expertises, expériences ou réseaux afin de développer l’entreprise, la pérenniser et ainsi accroitre sa valeur.


À noter, que le Private Equity aspire à réaliser une forte plus-value après une période de 5 à 8 ans avec des taux de rendement relativement élevés. Cependant la vente à court terme et l’arbitrage sont relativement délicats et le risque de perte de capital reste une éventualité à ne pas négliger. La crise actuelle a engendré de nombreuses difficultés pour les entreprises qui se sont donc tournées vers les banques afin couvrir leurs besoins en trésorerie. Dans une optique de soutenir les entreprises à la suite de cette crise sanitaire, les acteurs du capital investissement collaborent avec Bercy afin de proposer un mécanisme qui profiterait ainsi aux entreprises durement touchées. Ils visent à lever environ 6 milliards d’euros et ainsi renforcer les fonds propres de près de 2500 PME et ETI familiales. Le mécanisme sera présenté sous la forme de quasi-fonds propres ce qui permettra ainsi de ne pas diluer les actuels actionnaires. Les acteurs souhaitent mettre en place cette opération pour octobre 2020.


Outre une forte volonté de relance de la part des dirigeants de ces entreprises, une analyse poussée sera réalisée comme pour un investissement classique avec un regarde avisé sur des critères ESG*. Aucun critère géographique ou sectoriel ne devrait être appliqué. Les prises de participation pourront venir renforcer des entreprises déjà suivies mais également des entreprises qui n’ont jamais eu recours à cette forme de financement. Cette levée de fonds de 6 milliards d’euros qui reste pour l’heure au stade d’estimation, sera abondée par plusieurs acteurs. D’une part par des investisseurs institutionnels (certains assureurs), par des investisseurs publics et enfin par des sociétés de capital-investissement. Les entreprises peuvent également compter sur le soutien et l’expérience des professionnels du secteur qui ont affronté la crise de 2008. Notre cabinet propose des solutions d'investissements non cotées qui répondent à ces problématiques. Votre conseiller est à votre disposition pour vous renseigner sur ces produits. * Critères ESG : ces critères concernent les domaines suivants, Environnement – Social – Gouvernance. Une majorité d’entreprises de capital investissement attachent de l’importance à investir dans des entreprises pérennes. Ces facteurs extra financiers rentrent ainsi dans le processus d’analyse réalisé par les sociétés de capital investissement.



#Privateequity #Finance

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

@2020 LML PATRIMOINE

Mentions légales